Accueil > Les vins de l'Ontario > Talents locaux

La maison Cave Spring Cellars de la région du Niagara a remporté plusieurs prix internationaux en 2018. Elle a été portée sur la liste des 100 meilleures vineries de 2018 du magazine Wine & Spirits et elle a remporté une place sur la liste courte des meilleures vineries du Nouveau Monde du Wine Enthusiast. Son vinificateur et cofondateur Angelo Pavan, gagnant du Cuvée Winemaker of Excellence Award 2018, s’est entretenu avec le rédacteur de Vintages, Douglas Webster, à propos de ces prix.

La maison Cave Spring a eu une grande année en 2018. Que signifient ces prix internationaux pour vous?
C’est un grand honneur. Les cotes élevées et le fait d’être classé parmi les meilleurs dans certaines catégories sont une importante reconnaissance pour nous. Cela indique que nos efforts portent fruit. Pour la scène vinicole ontarienne, ces honneurs montrent que nous sommes à même de rivaliser avec les meilleures régions vinicoles du monde. Nous ne sommes qu’une petite industrie, mais parfois, il est avantageux d’être petit.

L’intérêt suscité à l’interna­tional est-il un signe que les goûts changent et qu’il y a un appétit grandissant pour les vins de climat frais ou est-ce simplement que la qualité commence à faire tourner des têtes?
C’est une question de qualité. Les gens n’ont pas tous les mêmes goûts et portent leurs préférences sur certains styles. Mais peu importe le style, la qualité doit être au rendez-vous. C’est ce qui compte.

Personnellement, vous avez reçu le Cuvée Winemaker of Excellence Award 2018. Que vous fait cette reconnaissance locale?
Ce prix est décerné pour reconnaître l’excellence de la vinification, mais aussi pour la contribution à l’industrie vinicole de l’Ontario. J’élabore du vin à la maison Cave Spring dans la région du Niagara depuis 1986. À cette époque, nous étions les pionniers des variétés vinifera en Ontario. Il n’existait alors qu’une poignée de vineries. Notre industrie vinicole a évolué de manière très rapide. Nous avons aujourd’hui une excellente connaissance de ce que nous sommes en mesure de faire et du potentiel de nos vignobles. J’ai été un des membres fondateurs du comité d’établissement des normes de la VQA et j’ai contribué à établir les sous-appellations de la région du Niagara. Je suis fier d’avoir participé à ces initiatives.

Vous avez dit que la terrasse Beamsville était un grand cru ontarien. Qu’est-ce qui vous a amené à y planter des vignes?
Cette histoire remonte à mes études secondaires. Mon ami Len Pennachetti, cofondateur et président de la maison Cave Spring, et moi avions un cours de géographie ensemble. Notre professeur, d’origine hongroise, nous parlait du potentiel de la région du Niagara pour les vignes vinifera. Cela a piqué la curiosité de Len, qui en a parlé à son père, le regretté John Pennachetti, qui s’intéressait à la viticulture. John a alors loué un avion et a survolé la région pour déterminer quels seraient les meilleurs secteurs pour planter la vigne dans le Niagara. Le meilleur emplacement semblait être la terrasse Beamsville. La suite des choses, nous la connaissons.

La leçon que l’on doit en tirer est qu’il est important d’être attentif pendant les cours de géographie!
[Rires] Ça semble être le cas! Savions-nous à l’époque qu’il s’agissait d’un grand cru? Bien sûr que non. Il a quand même fallu des siècles aux moines de la Bourgogne pour localiser les grands crus. Mais nous avons eu le temps de cultiver plusieurs cépages dans différents endroits et, avec un peu de chance et beaucoup de travail, nous avons pu prendre la mesure de la qualité de notre terroir.

Cave Spring a été l’une des premières vineries à recevoir une certification par l’orga-nisme Sustainable Winemaking Ontario. À quel point cela est-il important pour vous?
Cette certification est essentielle pour nous. Les maisons vinicoles doivent avoir une vision à long terme. Cave Spring possède des vignobles qui ont été plantés au milieu des années 1970. Nous avons la responsabilité, voire l’obligation morale, d’assurer la pérennité de notre exploitation et de ne pas dégrader sa qualité. En fait, le développement durable n’est pas seulement de conserver les choses comme elles sont, mais de les améliorer pour léguer une exploitation encore meilleure.


La finesse est dans les détails.

« Dans une année aussi chaude que 2016, il est possible de produire de magnifiques gewürztraminers aux intenses notes florales et d’une structure corsée de facture classique. Celui que voici est tiré de nos vignobles domaniaux. »
GEWÜRZTRAMINER ESTATE CAVE SPRING 2016
Vignoble Cave Spring, VQA Terrasse Beamsville, Escarpement du Niagara
Aromatique et savoureux
302059 (S) 750 mL 18,95 $

« Une partie du fruit entrant dans la composition de ce vin est tirée de nos plus anciennes parcelles de vignes plantées dans les années 1970. De style plutôt sec, ce vin révèle des nuances d’agrumes et de fleurs blanches sur un fond minéral. »
RIESLING ESTATE CAVE SPRING 2016
VQA Terrasse Beamsville, Péninsule du Niagara
Aromatique et savoureux
286377 (TS) 750 mL 19,95 $
Les essentiels de Vintages

« Nous avons planté nos premières vignes de chardonnay musqué dans les années 1980. Ce chardonnay particulièrement floral et frais est vraiment très charmeur. »
CHARDONNAY MUSQUÉ ESTATE CAVE SPRING 2016
Vignoble Cave Spring, VQA Terrasse Beamsville, Escarpement du Niagara
90 points (Louise Boutin)
Aromatique et savoureux
246579 (TS) 750 mL 17,95 $
Les essentiels de Vintages

« Je sais que nos vins mousseux ont le potentiel d’être aussi bons que ceux produits ailleurs dans le monde. Celui-ci fait entièrement de chardonnay révèle de généreuses notes biscuitées. Il sera très agréable à table. »
BLANC DE BLANCS BRUT CAVE SPRING
Méthode traditionnelle, VQA Escarpement du Niagara
92 points (John Szabo, MS)
Mi-corsé et savoureux
213983 (TS) 750 mL 29,95 $
Les essentiels de Vintages